Carnet de voyage #6 DELHI-PARIS, C’est fini !

C’est fini !

Avant le retour, quelques instants de détente dans mon hôtel préféré (au monde !), The Imperial Delhi   en compagnie de la bible du pashmina : Pashmina, The Kashmir Shawl and Beyond, de Janet Rizvi. Disponible en anglais uniquement cet ouvrage de référence est extrêmement complet et actuellement en cours de réédition pour y inclure un chapitre sur le jeune et tout nouveau pashmina ladakhi…

The Imperial, Delhi, un concentré de luxe colonial

Détente au bord de la piscine de l'Imperial Delhi

Pashmina, the kashmir shawl and beyond by janet rizvi

Carnet de voyage #5 LEH, le pashmina Bio ladakhi

Les ladakhis ont toujours été traditionnellement des bergers. Depuis  que la Chine a la main-mise sur le plateau tibétain, ils sont les principaux pourvoyeurs du pashmina, tandis que leurs voisins du Kashmir le transforment et le tissent. Les bergers nomades Chang-Pa en revanche, répugnent à travailler le difficile et délicat duvet de « pashm », privilégiant laine de mouton et laine de yak pour leur usage personnel.

chang pa nomade tissant la laine d'agneau

Mais les choses changent petit à petit. Depuis une dizaine d’année les ladakhis transforment et tissent le pashmina. Une démarche solidaire,  à leur image, pour un produit naturel et bio. Au Ladakh le pashmina est une affaire de femmes, qui leur apporte formation et revenu. Le filage se fait à la main, dans les maisons pendant la longue saison d’hiver et le tissage dans des unités de production spécialisées.

femme ladakhi tissant le pashmina

Nous avons choisi de travailler avec Sonam Chorol, qui a fondé l’unité de tissage « Superb Ladakh » en 2008. Un défi pour cette mère célibataire qui emploie maintenant 16 femmes et en a formé plus de 25.

sonam chorol a fondé superb ladakh en 2008

 

Le pashmina Bio ladakhi est entièrement naturel, filé et tissé à la main. Le fil est plus épais que dans le cas du pashmina kashmiri, et le produit tissé plus épais et plus « brut ». Il se décline en 3 teintes naturelles, qui correspondent aux couleurs naturelles du pelage de la chèvre : écru, beige et gris et compte tenu du processus entièrement naturel et exempt de produits chimiques, il n’est pas rare, par exemple, de trouver sur le châle des traces du marquage de la chèvre sous forme de couleurs résiduelles rose ou bleu…

Le Pashmina Bio ladakhi : très bientôt en vente sur le site…

les 3 couleurs naturel du duvet de pashmina

Carnet de voyage #4 LADAKH, le berceau du Pashmina…

Tout au nord de l’Inde, à la frontière avec la Chine, cet ancien royaume de culture bouddhiste tibétaine est le berceau du pashmina, le cachemire le plus fin et le plus ancien au monde…

Coupé du monde pendant de longs mois par les rigueurs du climat, le Ladakh a développé une culture fondée sur l’entraide et le respect de l’environnement, réussissant une quasi-autosuffisance : ils auraient beaucoup à nous apprendre ! L’âme du bouddhisme tibétain imprègne la région et est palpable partout : le dalaï-lama y séjourne d’ailleurs actuellement pour dispenser ses enseignements à la population.

Leh 464_2

Cette terre est la patrie du pashmina,  puisque les chèvres changra y sont élevées pour leur duvet depuis des siècles par les nomades. Contrairement à la Chine où l’exploitation intensive des fermes cachemire, accentue irrémédiablement la désertification de la région, produisant une catastrophe écologique sans précédent, l’élevage des chèvres au Ladakh se fait de façon traditionnelle et dans le respect de l’environnement : en réalité cette production complètement artisanale représente moins de 1% de la production mondiale !

DSC_1843.JPG

Le Ladakh est une destination prisée des touristes occidentaux, tant pour la magnificence de ses paysages d’altitude que par l’extrême bienveillance de l’accueil de sa population. Rien ne ressemble au Ladakh ❤️

Difficile dans ces conditions,  de résister à l’appel de la montagne et de ne pas partir trekker sur le toit du monde… Mais ce ne sont pas des vacances, je vous réserve une petite surprise… 😉

IMG_0170