Princesse Moghole a remonté la piste du pashmina : THE PASHMINA ROAD, Part 1

Dans un souci toujours constant de transparence et puisqu’une bonne photo vaut mieux qu’un long discours, je n’avais pas 36 solutions pour vous raconter l’histoire d’un pashmina. Je suis donc repartie sur le terrain remonter sa piste. C’était en juin et voici mon carnet de voyage…

 

De tout temps le Cachemire a été renommé pour le tissage de ses châles, tant et si bien qu’il a donné son nom à la fibre. De nos jours cet état situé tout au nord de l’Inde à la frontière avec le Pakistan et la Chine reste très instable politiquement : la partition a laissé des stigmates dans la région, et reste déconseillée par les affaires étrangères françaises. Mais il en faut plus que ça pour me décourager, alors en route pour Srinagar…

 

JEUDI

900 km séparent Srinagar de Delhi, il me faudra 24h pour m’y rendre…

Le train de nuit pour Jammu part à 20h40, et je suis seule dans mon compartiment, chouette ! Toute la nuit je me demanderai quand même si la porte ne va pas s’ouvrir pour laisser entrer l’occupant de la couchette supérieure, mais lorsque le train s’arrête au petit matin je suis toujours seule. Il est 5h40 et la seconde partie de mon voyage commence : le chemin de fer ne continue pas jusqu’à Srinagar, il va me falloir partager un taxi. L’union fait la force et comme la jeep ne part que lorsqu’elle est pleine je joins mes efforts à ceux de Hemu, un jeune indien banquier à Londres qui se rend à Srinagar pour le mariage d’une de ses camarades de promo. Nous voilà partis, le trajet durera 11h.

Au fur et à mesure que nous grimpons vers le nord, l’Inde change de visage et Jammu l’hindouiste laisse peu à peu place aux influences musulmanes. Un paysage de plus en plus vallonné, des forêts, des rizières en pleine récolte, puis des villages aux accents d’Asie centrale. Les hommes sortent de la mosquée à l’heure de la prière, ils portent de longues chemises blanches et une barbe qui leur mange le visage. Parfois leurs cheveux sont teints en rouge et ils portent le turban. Aux étals pendent des pièces de viande hallal et les boulangeries proposent ce pain rond cuit sur la pierre que j’avais déjà goûté en Uzbekistan. Je suis arrivée chez les héritiers de l’empire moghol. C’est ici que depuis des siècles se perpétue l’art du tissage du pashmina…

 

 

 

A Srinagar j’accepte la proposition de Hemu de l’accompagner au mariage et rejoins mon houseboat, ces palaces flottants hérités du Raj et qui font la renommée de la ville.

 

Texte alternatif

 

 

A suivre…

Laisser un commentaire