Carnet de voyage #5 LEH, le pashmina Bio ladakhi

Les ladakhis ont toujours été traditionnellement des bergers. Depuis  que la Chine a la main-mise sur le plateau tibétain, ils sont les principaux pourvoyeurs du pashmina, tandis que leurs voisins du Kashmir le transforment et le tissent. Les bergers nomades Chang-Pa en revanche, répugnent à travailler le difficile et délicat duvet de « pashm », privilégiant laine de mouton et laine de yak pour leur usage personnel.

chang pa nomade tissant la laine d'agneau

Mais les choses changent petit à petit. Depuis une dizaine d’année les ladakhis transforment et tissent le pashmina. Une démarche solidaire,  à leur image, pour un produit naturel et bio. Au Ladakh le pashmina est une affaire de femmes, qui leur apporte formation et revenu. Le filage se fait à la main, dans les maisons pendant la longue saison d’hiver et le tissage dans des unités de production spécialisées.

femme ladakhi tissant le pashmina

Nous avons choisi de travailler avec Sonam Chorol, qui a fondé l’unité de tissage « Superb Ladakh » en 2008. Un défi pour cette mère célibataire qui emploie maintenant 16 femmes et en a formé plus de 25.

sonam chorol a fondé superb ladakh en 2008

 

Le pashmina Bio ladakhi est entièrement naturel, filé et tissé à la main. Le fil est plus épais que dans le cas du pashmina kashmiri, et le produit tissé plus épais et plus « brut ». Il se décline en 3 teintes naturelles, qui correspondent aux couleurs naturelles du pelage de la chèvre : écru, beige et gris et compte tenu du processus entièrement naturel et exempt de produits chimiques, il n’est pas rare, par exemple, de trouver sur le châle des traces du marquage de la chèvre sous forme de couleurs résiduelles rose ou bleu…

Le Pashmina Bio ladakhi : très bientôt en vente sur le site…

les 3 couleurs naturel du duvet de pashmina

Laisser un commentaire