Enfin la vérité sur le shahtoosh…

Il baisse la voix et me chuchote « shahtoosh », puis déplie précautionneusement le paquet fermement noué d’un linge, qu’il vient de retirer de son comptoir.

Shahtoosh… Le châle des rois, si doux, si fin, si léger, si chaud. Jamais égalé…

Shahtoosh… Le mot magique qui fait briller de convoitise les yeux de toutes les fashionistas de la planète…

Shahtoosh… Le mot tabou, qui menace d’extinction le chiru, l’antilope tibétaine sauvage, puisqu’elle est chassée et abattue pour son duvet.

Shahtoosh ? Allons donc : dans cette boutique cachemiri pour touristes de Jaïpur ?

Vous vous méfiez ?

Vous avez raison.

Depuis des siècles le shahtoosh est tissé à Srinagar, au Cachemire, et malgré l’interdiction de vente, il l’est toujours.

Voici donc 5 vérités sur les shahtooshs :

 

Shahtoosh naturelLe shahtoosh est toujours tissé à srinagar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 – le shahtoosh est rarement pur. Il est mixé à 75 ou 50% avec du pashmina.

Qui plus est vous avez 99% de chances de tomber sur un faux. Au mieux ce sera un pashmina mixé avec des poils épais de chiru (les fibres épaisses et brillantes).

 

les soi-disant shahtoosh ne sont plus pur mais mixés avec du pashmina

2 – Le shahtoosh est incomparable. Sous l’empire moghol, c’était le châle des rois. Son prix et sa rareté venaient du mode d’obtention de la fibre : l’antilope tibétaine étant un animal sauvage et craintif, il fallait récolter son duvet dans les montagnes himalayennes, sur les buissons où elle venait se frotter.

Rien n’est plus fin, plus doux, ou plus chaud qu’un châle de shahtoosh : certes le toucher est un peu plus léger qu’un châle de pashmina. Les teintures altérant toujours un peu la qualité des fibres, il est toujours tissé en duvet naturel : sa teinte varie donc du beige à l’écru. Un shahtoosh ressemble donc beaucoup aux pashminas naturels, comme le châle véritable pashmina 100% cachemire beige naturel.

 

3 – Le shahtoosh est très très cher. Oui même en Inde. Prix fabricant à Srinagar : 60 000 RP soit 850€, voire 2000€ pour les shahtoosh blancs, plus rares. Dans une boutique de Delhi il sera vendu au minimum le double, et ceci en toute illégalité.

 

4 – Pour cette raison le shahtoosh ne traîne jamais sous le comptoir, même précieusement enveloppé. Il dort au coffre, oui, oui, au coffre. Mais alors ce vendeur cachemiri serait-il en train de mentir…?

 

Le shahtoosh est tellement cher qu'on le conserve au coffre

 

« 5 – le shahtoosh ne menacerait pas l’espèce chiru puisque le duvet serait toujours récolté à l’ancienne, sur les buissons contre lesquels l’antilope vient se frotter quand elle a trop chaud… Toute cette histoire de braconnage serait un complot international… »

Bien sûr le fabricant qui me raconte ça prêche évidemment pour sa paroisse.

En réalité pour obtenir la quantité de duvet nécessaire au tissage d’un seul châle, 3 à 5 antilopes tibétaines sont abattues, ce qui explique que la population de ces animaux soit passée en l’espace d’un siècle de plus d’un million d’individus à moins de 75000. Menacée d’extinction, l’antilope du Tibet est devenue une espèce protégée en 1979, tandis que la même année le commerce du shahtoosh était interdit au niveau international.

 

Donc on résume. Pour protéger du braconnage l’antilope tibétaine qui est abattue pour son duvet, le commerce du shahtoosh est interdit partout dans le monde. Quiconque en achète ou en vend est passible d’une amende voire d’une peine de prison. Cependant compte-tenu de la demande, ils sont toujours tissés à Srinagar, puis vendus sous le manteau en Inde ou dans les grands centres commerciaux du Moyen-Orient.

Quand au commerçant cachemiri qui prétend vous en vendre un lors de votre séjour au Rajasthan, il profite juste de la crédulité des touristes…

 

L'antilope tibétaine doit être tuée pour récupérer le duvet