Des photos, des photos, encore de photos…

Heureusement que je peux toujours compter sur mon fidèle Nikon D300, parce que pour le reste cela s’annonce très artisanal… Pleine de bonnes intentions je construis une softbox, mais il apparaît que rien ne vaut la bonne vieille lumière du jour. C’est donc parti pour une série de photos. 11 pashminas par 4 dispositions différentes, avec ou sans flash, cela fait euh… pas mal de clichés !

Les photos faites, je rédige le texte de l’annonce, et poste le tout sur Ebay et Le Bon Coin. Ma boite mail fonctionne ? L’attente commence…

 

Cette écharpe est un vrai pashmina 100% cachemire tissé à la main avec du pur pashmina cachemire récolté sur les chèvres du Ladakh.

Cette écharpe est un vrai pashmina 100% cachemire tissé à la main avec du pur pashmina cachemire récolté sur les chèvres du Ladakh.

Cette écharpe est un vrai pashmina 100% cachemire tissé à la main avec du pur pashmina cachemire récolté sur les chèvres du Ladakh.

 

Cette écharpe est un vrai pashmina 100% cachemire tissé à la main avec du pur pashmina cachemire récolté sur les chèvres du Ladakh.

Paris – Delhi

C’est la première fois que je vais à Delhi au mois de mars, le temps est juste parfait. Je prends mes quartiers à Paharganj, le coin des backpackers, comme j’ai toujours fait. Bien que de mauvaise réputation l’endroit a ce côté rassurant des lieux qui ont déjà été fréquentés et où l’on a ses habitudes. Bien vite je change d’hôtel, en Inde les bonnes adresses ne le restent jamais longtemps et il faut savoir se mettre à jour. La quête peut commencer…

Je vous passerai les détails. J’ai sillonné la ville en long, en large et en travers, bénissant ce nouveau métro qui m’évite de trop me faire escroquer par les chauffeurs de rickshaw. A l’arrivée j’ai vu 6 fournisseurs différents, acheté 11 pièces à titre d’échantillon, et été invitée à dîner dans un club hyper select héritage de l’époque coloniale anglaise. Dans la foulée j’ai aussi imaginé un logo provisoire et fait faire quelques cartes de visite.

Je me fais la réflexion que ce costume de businesswoman est bien agréable à porter…

 

C’est une fille !

C’est une fille ! Et elle s’appellera Princesse Moghole. J’aime bien ce mot, il est rond et doux, élégant et exotique. Il m’évoque le Taj Mahal et les splendeurs de l’Orient.

On me met déjà en garde contre d’éventuelles connotations péjoratives, je n’y prête pas trop attention mais note au passage qu’il va certainement falloir que j’explique qui étaient les moghols…

Dans la foulée j’achète le nom de domaine en .com, et mon vol Paris – Delhi pour un départ dans 3 jours. Mon visa indien est toujours valable, ça tombe bien.

 

Premiers pas

Puisqu’il faut bien commencer quelque part, j’ai suivi les conseils de Renaud, monsieur renobijoux.com, entrepreneur aussi autodidacte qu’avisé, et accessoirement ancien collègue. Il me suggère de tester la capacité du produit à se vendre sur internet en proposant quelques pièces sur Ebay ou le Bon Coin. Peu importe que je fasse du profit ou que je vende à perte, l’essentiel est que le produit parte. Il me faut juste quelques pashminas mais c’est là que tout se complique. Je n’ai identifié que 2 magasins à Paris qui proposent la qualité qui m’intéresse mais ils les vendent à près de 200 euros. Pour un prix de vente que je compte fixer aux alentours de 150 euros, ce n’est plus de la vente à perte, c’est un suicide commercial !

La solution s’impose d’elle-même : il faut que j’aille les chercher là-bas, en Inde.

10 jours à Delhi, trop pas de chance…

 

L’idée

Il n’est pas si fréquent de pouvoir pointer l’instant exact où naît une idée. La mienne a déplié ses ailes le vendredi 2 mars en début d’après-midi. Je me rappelle m’être dit, je vais monter un e-commerce, je vendrai des pashminas, des vrais que j’irai sélectionner en Inde. Qu’est ce que j’ai à perdre ?

Mon idée toute neuve s’est ébrouée, a lissé ses ailes et après un court moment d’hésitation a pris son envol. Je l’ai regardée s’élever et me suis dit tout étonnée, c’était donc toi, que je cherchais depuis tout ce temps ?

J’ai compris plus tard qu’elle avait été là bien avant, lovée au chaud, attendant son heure, nourrie de mes incertitudes et de mes espérances.

Elle me regardait maintenant avec bienveillance d’un air de dire, Alors ? On fait quoi après ?

 

Cette étole en pur pashmina 100% cachemire a été tissée et brodée à la main à Srinagar capitale du Cachemire indien et du pashmina depuis des siècles